L’été dernier à Syracuse

34757113

J’ai eu l’occasion de découvrir la version française de ce roman en avant-première, la sortie officielle étant prévue début juin. C’est par l’intermédiaire de la plate-forme NetGalley.fr que l’éditeur m’a offert la version Kindle de ce livre. Je l’ai lu cette semaine, en quelques jours, le roman étant assez court.

Avant de commencer ma lecture, je ne savais pas vraiment quoi penser du résumé :

Michael et Lizzie, deux New-Yorkais respectivement écrivain et journaliste, partent pour une semaine en Italie avec Finn et sa femme Taylor accompagnés de Snow, leur fille de dix ans surprotégée et surangoissée. Lizzie l’a décidé, ils iront d’abord à Rome puis à Syracuse, sur la côte sicilienne.

Tout sépare les deux couples – milieu social, idées politiques et passions –, mais le décor idyllique fait de bons vins, de gelati et de ciel bleu devrait être celui de vacances paradisiaques. Pourtant, même loin de chez eux, les secrets du passé et les infidélités du présent refont surface. Lizzie et Finn, qui ont eu une histoire des années auparavant, flirtent à nouveau ; Michael, quant à lui, cherche le courage de dire à Lizzie qu’il veut la quitter afin de vivre au grand jour sa relation avec Kath, une jeune serveuse.

Dans un paysage inondé de soleil, les journées s’égrènent lentement. Entre désaccords et reproches, les deux couples sont mis à l’épreuve et, déjà fragilisés par le temps, se fissurent davantage. Dans une ambiance de plus en plus délétère, les mensonges sont mis au jour. Et la jeune Snow, plongée au cœur de ce quatuor dissonant, devient malgré elle le catalyseur d’un drame inévitable.

L’idée de suivre deux couples américains en vacances en Italie ne m’emballait pas vraiment, mais j’avais l’espoir que ce ne soit que le prétexte pour une critique sociale. J’espérais aussi que le changement progressif d’ambiance annoncé par le résumé soit réussi et permette de transformer le ton et les thématiques du roman. Malheureusement, j’ai été déçu. A mes yeux, le roman ne décolle jamais et le changement d’ambiance est un échec.

Je pense que la première et principale raison qui m’a empêché d’apprécier ce roman tient dans ses personnages, que j’ai tous trouvés agaçants et inintéressants. Je crois qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre : ni Taylor, petite bourgeoise qui gère l’office de tourisme de Portland et dont seule la bêtise rivalise avec la superficialité ; ni son mari Finn, chef cuisinier qui passe son temps à dragouiller toutes les filles qui passent ; ni Michael, l’écrivain mythomane dont la maîtrise lui fait la surprise de le rejoindre en Italie ; ni Lizzie, l’épouse de Michael qui vit un peu dans son ombre et excuse toutes les fautes de mari. Ne parlons même pas de Snow, la fille de dix ans de Taylor et Finn, transparente au début du roman mais dont le rôle sera capital dans le récit.

Le récit, parlons-en. Il est sans surprise, malgré les tentatives de brouiller les pistes. L’auteur essaye par la construction narrative du roman de ménager un semblant de suspense, mais je crois qu’il ne m’a fallu qu’un quart du roman pour comprendre ce qui allait se passer. J’espérais que cela soit une fausse piste mais la suite m’a malheureusement donné tort.

J’ai tout de même fait l’effort de terminer ce roman, car certains éléments sont tout de même réussis. J’ai notamment apprécié la façon dont est décrite la relation entre Snow et Michael, sorte de père de substitution qui contraste avec Finn, son vrai père.

Je regrette tout de même que ces quelques réussites soient noyées dans un ensemble stéréotypé et sans surprise. Une lecture à oublier, et cela tombe bien, car il ne s’agit pas d’un livre inoubliable …


L’été dernier à Syracuse, Delia Ephron

Note : ★★☆☆☆


Vous voulez m’aider ?

Nick & Norah’s Infinite Playlist (Une nuit à New-York)

Nick & Norah’s Infinite Playlist (Une nuit à New-York en VF) est une comédie romantique américaine. Une fois qu’on a dit cela, on a à la fois tout dit et rien dit sur ce film.

Réalisé par l’américain Peter Sollett, le film est sorti sur nos écrans en 2008. Le scénario de Lorene Scafaria est inspiré d’un roman de Rachel Cohn et David Levithan et ne brille pas forcément par son originalité :

Nick, qui est membre d’un obscur groupe de rock indépendant, vient de vivre une rupture difficile. De son côté, Norah a du mal à donner un sens à sa vie et à sa relation épisodique avec un musicien trop égoïste.
Les deux jeunes gens n’ont rien en commun, sauf leurs goûts musicaux. Leur rencontre fortuite va les entraîner toute une nuit à New-York vers le lieu mystérieux où doit se produire leur groupe préféré. Au cours de cette nuit de surprises et d’aventures, ils vont découvrir qu’ils ont peut-être plus en commun que leur seul amour de la musique …

J’ai beau avoir de goûts parfois étranges, je ne suis habituellement pas « client » de ce genre de films. Que suis-je donc allé faire dans cette galère ? La réponse tient en deux mots, plus précisément en un prénom et un nom : Michael Cera. Un jour, j’ai cherché les films dans lesquels il a joué et je suis tombé sur celui-ci. Je l’ai acheté sur l’iTunes Stores, en VF parce que c’était la seule version disponible. Je l’ai regardé hier soir, profitant d’une soirée en célibataire pour éviter d’infliger cela à mon cher et tendre.

Outre Michael Cera, le reste du casting est sympathique :

  • Kat Dennings incarne Norah pour compléter le couple qui donne le titre au film
  • Ari Graynor interprète Caroline, la meilleure amie de Norah
  • Alexis Dziena joue le rôle de Tris, l’ex-petite amie, un peu peste sur les bords, de Nick
  • Aaron Yoo et le très charmant Rafi Gravon incarnent Tom et Dev, les deux amis gays de Nick

Le film se laisse regarder. L’histoire est banale. Sans surprise, Nick tire un trait sur sa relation avec la méchante Tris et entame une nouvelle relation avec la gentille Norah. Tout cela n’a pas grand intérêt. Ce n’est pas mauvais, c’est juste sans grande saveur.

Mais il y a Michael Cera. Je suis fan de ce jeune acteur canadien. Je le trouve charmant, talentueux, et drôle (il suffit de regarder quelques vidéos d’émissions TV que j’ai postées récemment sur Facebook pour s’en rendre compte). C’est un peu incompréhensible, mais je craque totalement pour lui. Il a un don incroyable pour incarner des garçons un peu maladroits, paumés mais touchants. Certains lui reprochent justement d’interpréter presque toujours le même rôle et c’est vrai que la différence est mince entre le personnage de Nick dans ce film et celui de Scott Pilgrim par exemple. Qu’importe, il le fait très bien. S’il fallait ne garder qu’une seule chose de ce film, ce sont ses petits sourires timides. Juste pour ça, je le regarderais encore une fois.

Pour le reste, c’est une amourette divertissante. A déconseiller à ceux qui sont insensibles au charme de Michael Cera, tout de même.


Vous voulez m’aider ?

Scott Pilgrim vs. the World

Scott Pilgrim vs. the World est peut-être le film que j’ai le plus attendu cette année. Il s’agit de l’adaptation pour le grand écran de la série de bande dessinée dont je vous parlais ici. Sorti en août aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, ce film n’est apparu sur nos écrans hexagonaux que cette semaine, pour de sombres histoires de doublage qui ne m’ont pas vraiment convaincu. Autant le dire clairement, je pense qu’Universal a totalement raté la communication autour de la sortie de ce film et qu’ils n’ont pas réalisé la pépite qu’ils avaient entre leurs mains.

Le film compile, en un peu moins de deux heures, les six volumes de la bande dessinée. Entouré de sa bande d’amis, Scott Pilgrim affronte les sept ex maléfiques de sa nouvelle petite amie Ramona Flowers :

Scott Pilgrim n’a jamais eu de problème à trouver une petite amie, mais s’en débarrasser s’avère plus compliqué. Entre celle qui lui a brisé le cœur – et qui est de retour en ville – et l’adolescente qui lui sert de distraction au moment où Ramona entre dans sa vie – en rollers – l’amour n’a jamais été chose facile.

Il va cependant vite réaliser que le nouvel objet de son affection traîne les plus singulières casseroles jamais rencontrées : une infâme ligue d’ex qui contrôlent sa vie amoureuse et sont prêts à tout pour éliminer son nouveau prétendant. À mesure que Scott se rapproche de Ramona, il est confronté à une palette grandissante d’individus patibulaires qui peuplent le passé de sa dulcinée : du mesquin skateur à la rock star végétarienne en passant par une affreuse paire de jumeaux. Et s’il espère séduire l’amour de sa vie, il doit triompher de chacun d’eux avant que la partie soit bel et bien « over ».

Dans le rôle-titre, on retrouve le charmant Michael Cera (George Michael dans Arrested Development, dont il faudra que je vous parle un jour), que j’ai trouvé très convaincant dans la peau de l’éternel adolescent canadien. A ses côtés, les autres comédiens – plus ou moins connus – incarnent également très bien leurs personnages ; pour citer les principaux : Mary Elizabeth Winstead (Ramona Flowers), Kieran Culkin (Wallace, le colocataire gay de Scott), Ellen Wong (Knives Chau, la petite amie lycéenne de Scott au début du film), et Anna Kendrick (Stacey, la petite soeur – plus mature – de Scott).

Ce qui caractérise ce film, c’est son style très particulier. Le rythme est infernal, les pauses sont très rares et très courtes : on est littéralement emporté par les aventures de Scott et ses combats contre les ex de Ramona. Les combats eux-mêmes sont tels que je les avais imaginés en lisant la bande dessinée : fun, plein d’imagination et bourrés de références aux jeux vidéos. J’ai également retrouvé avec joie l’humour des comics mais aussi certaines séquences plus émouvantes. Mon seul regret, finalement, c’est que le dialogue final entre Scott et Ramona ait été amputé dans le film : dommage, c’était l’un de mes moments préférés …

Malgré tout, ce film est à mes yeux une vraie réussite. J’en attendais beaucoup et je n’ai pas été déçu. Comme je l’espérais, j’ai beaucoup ri tout au long du film : c’est d’abord un excellent divertissement mais c’est aussi, comme la bande dessinée, la porte ouverte à des réflexions plus sérieuses sur le couple, l’engagement et le passage à l’âge adulte. Tout ce que j’aime !


Vous voulez m’aider ?

Les amours imaginaires

Les amours imaginaires est le second long-métrage du jeune cinéaste canadien Xavier Dolan, qui nous avait proposé le très prometteur J’ai tué ma mère l’année dernière. Après avoir traité des relations mère-fils dans son premier film, il évoque cette fois le thème de l’amour :

Francis et Marie, deux amis, tombent amoureux de la même personne. Leur trio va rapidement se transformer en relation malsaine où chacun va tenter d’interpréter à sa manière les mots et gestes de celui qu’il aime …

Les deux amis, Francis et Marie, sont interprétés par Monia Chokri et Xavier Dolan lui-même, qui semble prendre l’habitude de jouer dans ses propres films, dans des rôles qu’on devine en partie autobiographiques. Quant à Nicolas, le garçon pour lequel Francis et Marie craquent, il est incarné par le charmant Niels Schneider (Nicolas), décidément l’acteur fétiche de Xavier Dolan puisqu’il interprétait déjà un ami du réalisateur-scénariste-acteur dans son premier film.

En parallèle de l’histoire qui lie Francis, Marie et Nicolas, le film est entrecoupé d’entretiens face à la caméra où des anonymes nous parlent de l’amour, de la première rencontre, de la première déclaration, de la rupture. J’ai bien aimé ces courtes séquences, parfois drôles, parfois touchantes, souvent les deux à la fois.

Le film lui-même m’a laissé une drôle d’impression. Il est lent, parfois trop lent, avec de longs plans au ralenti : certains sont très réussis, d’autres m’ont juste ennuyé – au point de fermer les paupières pendant quelques secondes à plusieurs reprises pendant la première demie-heure du film. Le principal reproche que je ferais à Xavier Dolan en temps que réalisateur, c’est d’être très maniéré, de trop travailler ses images. Cela m’a un peu rappelé A Single Man de Tom Ford, avec le risque que le fond soit noyé dans une forme trop sophistiquée, presque trop prétentieuse.

Le fond, justement, est là. Xavier Dolan nous parle très bien de l’amour, de sa soudaineté, de ses affres, de ses attentes impatientes et parfois vaines, de ses déceptions, de ses colères, de ses souffrances. Ce qu’il n’a pu exprimer avec le trio Francis-Marie-Nicolas, il le fait à travers des entretiens face à la caméra, qui complètement parfaitement le récit. Difficile, face à certains témoignages ou certaines scènes, de ne pas faire le lien avec nos propres histoires. C’est ce que j’aime dans ce cinéma du réel, cette impression d’y voir une partie de ma vie.

Les acteurs sont plutôt bons : les trois interprètes principaux sont convaincants, chacun dans leur style. Je dois avant tout parler de Niels Schneider, qui doit incarner Nicolas dont le charme est la clef du film. Le charme est bien au rendez-vous, l’acteur nous proposant (volontairement, d’après moi) une sorte de Louis Garrel blond, mi-imitation mi-hommage. Ce n’est sans doute pas un hasard si Louis Garrel fait lui-même une apparition remarquée à la fin du film, pour un sympathique clin d’oeil, au propre comme au figuré. Parmi les rôles secondaires, j’ai surtout remarqué et retenu la géniale Anne Dorval (Criquette Rockwell dans Le Coeur a ses Raisons, et la mère dans J’ai tué ma mère), dans un rôle excentrique dans lequel elle excelle.

Dans l’ensemble, je ne sais pas trop quoi penser de ce film, maniéré, trop sophistiqué par moment, mais juste dans son propos. Mi-figue mi-raisin, finalement. J’attends maintenant le prochain film de Xavier Dolan pour découvrir ce dont il nous parlera et voir comment il va évoluer.

Une voix dans la nuit

Une voix dans la nuit

Armistead Maupin, écrivain américain et ouvertement homosexuel, est surtout connu pour sa saga Les chroniques de San Francisco (Tales of the City en VO). En 2000, il publiait un roman atypique : Une voix dans la nuit (The Night Listener).

A San Francisco, Gabriel Noone, célèbre écrivain et animateur radio, est dans une mauvaise passe. Son compagnon de dix ans, Jess, vient de le quitter. Alors qu’il se débat dans les affres de ce chagrin d’amour, il entame une relation téléphonique un peu particulière avec un jeune garçon de treize ans. Ce dernier, qui voue un véritable culte à Gabriel, lui fait parvenir un manuscrit bouleversant. Victime de ses parents, maltraité, recueilli par une psychologue de Milwaukee, atteint du sida et en phase terminale de la maladie, Pete devient pour Gabriel une sorte de fils par procuration. Cependant, au fil de leur discussion le doute s’insinue : Pete existe-t-il vraiment ou n’est-il que le fruit de l’imagination de quelqu’un d’autre ?

Le roman est prenant et passionnant mais il prend encore plus de profondeur quand on sait que l’histoire est inspirée de celle qu’Armistead Maupin a réellement vécu lors de l’affaire « Anthony Godby Johnson« . Le personnage de Gabriel Noone est très fortement autobiographique, tout comme l’évolution de ses relations avec son père d’une part, et avec son ex-compagnon Jess d’autre part. Même si ce n’est pas le coeur du récit, j’ai apprécié les réflexions de Gabriel sur sa rupture avec Jess et sa façon de ne pas l’accepter.

On note également quelques allusions sympathiques aux Chroniques de San Francisco, la plus remarquable étant la présence dans l’entourage de Gabriel d’Anna, qui évoque son frère jumeau Edgar et sa mère DeDe Halcyon qui partage toujours sa vie avec D’orothea.

La relation entre Gabriel et Pete est incroyable, dans tous les sens du terme. C’est sur ce duo improbable que repose le récit qui nous permet de suivre l’évolution de leur relation et le chemin emprunté par Gabriel, de la curiosité jusqu’au doute. il est parfois difficile de croire à la véracité des événements que nous raconte Armistead Maupin et tout l’un des intérêts de ce roman est justement de faire le tri entre la réalité et la fiction, et ceci avec deux niveaux de lecture : dans l’histoire elle-même, et en tant que récit autobiographique.

J’avais été conquis par ma première lecture il y a quelques années et cette deuxième lecture ne m’a pas déçu. Entre le thriller psychologique et l’auto-biographie déguisée, c’est un livre très fort sur les relations humaines, sur le mensonge, sur le couple et sur la paternité. C’est l’un des livres qui m’a le plus marqué, l’un de ceux qui j’emmènerais avec moi sur une île déserte.

Une voix dans la nuit, Armistead Maupin

Le Seuil, ISBN 2-02-053058-9

Note : ★★★★★/☆☆☆☆☆