b_1_q_0_p_0-3

 

Je vais encore partir dans un long message politique, quand je suis parti je ne m’arrête plus. Ceux que cela n’intéresse pas peuvent s’arrêter ici :-)

Qu’est-ce que ça me soûle cette V° République qui pousse les « mélenchonistes » et les « hamonistes » à passer plus de temps à s’en prendre à leurs favoris pour siphonner un électorat très proche idéologiquement et sociologiquement (n’en déplaise aux uns et aux autres), plutôt qu’à s’attaquer aux programmes des vrais adversaires. Franchement, quand je vois les messages politiques postés sur Facebook, Twitter ou ailleurs par mes amis ou contacts proches de la France Insoumise, je vois plus de trois quarts des messages s’attaquer à Benoit Hamon et ses soutiens plutôt qu’aux autres candidats. J’imagine que la réciproque est vraie. Je trouve cela désespérant.

Qu’il y ait deux candidats pour des tas de raisons, sur deux lignes différentes, soit. Je ne remets pas en cause le droit de chacun des deux à se présenter et à défendre ses positions. Je ne souhaite pas forcément une candidature unique, l’unité pour l’unité au mépris des convictions, ce mal propre à la V° République.

Mais ce n’est pas une raison pour se tromper de combat. Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon sont deux rivaux dans cette élection présidentielle, c’est le jeu démocratique.

Mais l’adversaire, c’est l’ambiguïté d’Emmanuel Macron – qui appelait hier les électeurs de droite et du centre déçus par leur candidat à le rejoindre en affirmant défendre leurs valeurs (pourquoi ne s’est-il pas porter candidat aux primaires de la droite et du centre, dans ce cas ?)

L’adversaire, c’est l’immoralité de François Fillon – qui renie sa parole sur la morale publique et l’exemplarité indispensable d’un dirigeant politique, et qui défend un projet destructeur et réactionnaire.

L’adversaire, c’est encore et toujours le danger de Marine Le Pen, porte-étendard de cette extrême-droite qui sera toujours notre ennemi perpétuel. Rappelons ici les paroles prononcées par Jean-Luc Mélenchon en 2012 (?) et que je cite de mémoire : « à la fin, dans l’Histoire, cela finit toujours ainsi, quand tous les autres auront abandonné, ce sera toujours eux contre nous ».

Advertisements

Un commentaire sur « Les effets pervers et désespérants de la V° République »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s