macron_en_marche

Un contact sur Facebook a partagé un billet d’un soutien d’Emmanuel Macron visant à résumer les positions prises par son candidat dans le dernier numéro du magazine Têtu (nouvelle formule). J’ai découvert sa proposition de faciliter la reconnaissance des enfants nés par GPA à l’étranger et ses propos, puis j’ai lu ce paragraphe :

Alors que la France est ressortie profondément divisée des (trop) longs débats sur le mariage pour tous, et tandis qu’une frange agressive et conservatrice de la population française poursuit une lutte pour l’inégalité et la haine de l’autre, le candidat En Marche ! prône « une politique de la reconnaissance, de la considération » et de l’acceptation des différences. Seule une politique tenant compte du projet d’existence des individus sera à même de renforcer l’égalité en France et d’accompagner le dépassement de certains clivages.

Il faudra tout de même prendre garde à ne pas humilier les militants de la Manif pour Tous …

Blague à part (quoique …), cet entretien dans Têtu et ce billet, deux semaines après les propos polémiques sur la Manif pour Tous, est symptomatique de ce qui me « gêne » (pour ne pas dire plus) avec la candidature Macron.

 
Au-delà de mes désaccords politiques avec Emmanuel Macron, j’ai surtout du mal avec sa tendance à souffler le chaud et le froid, à ne vouloir fâcher personne en disant une chose et son contraire d’une semaine sur l’autre. Ou pour ne pas être caricatural : dire une chose et la nuancer d’une semaine sur l’autre, ce qui est peut-être pire.
 
Je comprends la méthode (électorale puis, je suppose, de gouvernement) consistant à rassembler les français de centre-gauche et de centre-droit, mais je n’ai pas encore compris quelle vision ce candidat nous propose, quelle ligne politique il souhaite mettre en oeuvre s’il est élu en mai et s’il dispose d’une majorité législative en juin.
 
Giscard avait été élu en 1974 sur cette idée de rassembler « 2 français sur 3 » en étant le candidat « central », ni-gaulliste ni-socialiste, soutenu par une partie de la jeunesse enthousiaste, mais il était porteur d’une ligne politique claire, que j’ai du mal à percevoir chez Emmanuel Macron.
 
Je sais citer facilement les mesures-phares des principaux candidats, ces mesures qui permettent de comprendre la vision de chaque candidat, mais je suis incapable de le faire pour Emmanuel Macron.
 

Nous l’avons déjà vu avec François Hollande, l’ambiguïté a un prix : les enthousiastes d’aujourd’hui seront les déçus de demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s