Accueil > Cinéma, TV & DVD > Chroniques de la Guerre de Lodoss

Chroniques de la Guerre de Lodoss

Les Chroniques de la Guerre de Lodoss constituent une série d’animation japonaise dont les treize épisodes ont été produits entre 1990 et 1991 et diffusés en France en 1994. Il s’agit d’une adaptation d’une série de romans d’heroic-fantasy de Ryō Mizuno.

L’univers est clairement inspiré de ceux du jeu de rôles Donjons et Dragons et donc indirectement des Terres du Milieu de J.R.R. Tolkien. On y retrouve tous les stéréotypes des univers médiévaux-fantastiques : des elfes, des nains, des magiciens, des prêtres, des chevaliers, des sorciers, des monstres bestiaux, des dragons, et des guerres épiques ayant pour enjeu la survie du monde. L’action se déroule sur Lodoss, un île arrachée à son continent d’origine à l’issue d’une terrible guerre qui a vu s’affronter les dieux de la Lumière et ceux des Ténèbres il y a plusieurs siècles.

Quand la série commence, les nations libres de Lodoss se trouvent sous la menace du royaume maléfique de Marmo, dirigé par le roi Beld et ses lieutenants : le sorcier Vagnard et le chevalier noir Ashram. Face aux forces des Ténèbres, le roi Fawn du royaume de Valis tente de regrouper autour de lui les autres royaumes de l’île pour combattre leur ennemi commun. C’est dans ce contexte inquiétant que nous faisons la connaissance des six principaux protagonistes de la série :

  • Parn (en haut à droite sur l’image) est un jeune guerrier courageux, si ce n’est téméraire, qui a soif d’aventures et qui veut honorer la mémoire de son père, un ancien chevalier mort au combat
  • Deedlit (au milieu en haut), dite Deedoo, est une jeune elfe d’environ 160 ans (oui, tout est relatif chez les elfes !) qui manie aussi bien les armes que les esprits de la nature et semble avoir un léger faible pour le jeune Parn
  • Slayne (en haut à gauche) est un magicien dont la principale qualité – hormis ses pouvoirs magiques – est sa sagesse
  • Ghim (en bas à droite) est un nain bougon mais au grand coeur (et un cliché, un !)
  • Eto (au milieu en bas) est un jeune prêtre de Falis et le meilleur ami, calme, volontaire, mais un peu transparent, de Parn
  • Woodchuck (en bas à gauche) est un voleur humain qui mêle individualisme et sens de l’humour et se retrouve intégré au groupe d’aventuriers un peu par hasard

Tout comme l’univers, les personnages n’échappent pas aux stéréotypes, chacun représente clairement un archétype auxquels les amateurs d’heroic-fantasy sont habitués. L’histoire est également sans grande surprise, même si certains personnages sortent des sentiers balisés : Ashram en est le meilleur exemple, mais il ne faut pas oublier la sorcière grise Karla, dont les motivations sont particulières. Malgré son manque d’originalité, c’est un récit qui se laisse suivre avec plaisir. Les treize épisodes d’environ vingt-cinq minutes environ s’enchaînent bien même si il y a parfois d’étranges transitions dans le récit. L’intensité monte bien au fil de la série jusqu’à un épisode final très réussi. Les toutes dernières minutes, bien que très classiques, m’ont particulièrement plu.

Techniquement, on sent que la série a vingt ans. Les dessins ne sont pas laids, loin de là, mais l’animation est évidemment bien en-deça de ce que les studios nous proposent désormais. J’ai notamment été choqué par les dragons, « animés » à travers des images fixes que l’on déplace latéralement. Malgré tout, je me dis que ce n’était pas si mal pour une série produite au début des années 90 et que tout cela est largement compensé par la réussite des personnages.

Il m’a fallu longtemps pour découvrir cette série. J’en avais déjà entendu parler mais je n’avais jamais fait l’effort de me pencher sérieusement dessus. J’ai finalement rattrapé ce retard et je suis très content de l’avoir fait. Je peux évidemment regretter de ne pas l’avoir fait avant, mais qu’importe. Une chose est sûre : si j’avais découvert cette série lors de la diffusion en France, je peux que Parn, avec ses cheveux bruns, ses yeux bleus et ses airs de jeune premier, n’aurait pas laissé indifférent l’adolescent que j’étais alors :-)

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :