Sur les conseils du mari d’un blogueur célèbre et influent, j’ai lu Retour à Reims, un essai du philosophe et sociologue Didier Eribon :

Après la mort de son père, Didier Eribon retourne à Reims, sa ville natale, et retrouve son milieu d’origine, avec lequel il avait plus ou moins rompu trente ans auparavant. Il décide alors de se plonger dans son passé et de retracer l’histoire de sa famille. Évoquant le monde ouvrier de son enfance, restituant son ascension sociale, il mêle à chaque étape de ce récit intime et bouleversant les éléments d’une réflexion sur les classes, le système scolaire, la fabrication des identités, la sexualité, la politique, le vote, la démocratie …

Réinscrivant ainsi les trajectoires individuelles dans les déterminismes collectifs, Didier Eribon s’interroge sur la multiplicité des formes de la domination et donc de la résistance.

Un grand livre de sociologie et de théorie critique.

Le thème de cet essai m’interpellait beaucoup, je me suis donc plongé dans sa lecture même si je ne suis pas habitué à ce genre d’oeuvre « académique ». Je craignais surtout de ne pas avoir les bases philosophiques ou sociologiques pour comprendre parfaitement l’approche de l’auteur. Finalement, le mélange entre le récit autobiographique et les réflexions sociologiques rend sa lecture tout à fait accessible pour un novice comme moi. Ce n’est pas non plus un livre de vulgarisation sur la sociologie, puisque l’auteur utilise à plusieurs reprises des concepts qui m’étaient inconnus mais sans que cela gêne – à mon sens – ma compréhension globale de sa réflexion.

Sans entrer dans le détail de la structure et du contenu de la réflexion de Didier Eribon dans cet essai, je retiens quelques idées fortes :

  • la place de la politique et en particulier du Parti Communiste pour la classe ouvrière jusqu’aux années 70 (« le Parti », comme s’il était le seul qui s’adressait alors aux ouvriers), comment la gauche, cédant aux sirènes du capitalisme et renonçant à parler de pénibilité et d’exploitation des « masses laborieuses », a progressivement perdu la confiance de ceux qu’elles prétendait défendre, et comment le Front National a récupéré leurs suffrages en remplaçant un sentiment d’appartenance (je suis ouvrier contre les bourgeois qui s’enrichissent en m’exploitant) par un autre (je suis français contre les immigrés qui prennent nos emplois et nos prestations sociales)
  • face au déterminisme social qui veut que les enfants d’ouvriers deviennent ouvriers (ou chômeurs …) et les enfants de cadres deviennent cadres, l’éducation et l’accès à la culture sont les seules solutions efficaces mais aussi des marqueurs forts de rupture avec le monde ouvrier ; Didier Eribon raconte bien comment il s’est éloigné de sa famille au fur et à mesure de ses études, comment il s’est senti différent de ses parents et de ses frères, se sentant rejeté comme il les rejetait. Il montre également comment le système éducatif, avec ses filières élitistes et ses voies de garage, tend à reproduire à chaque génération les mêmes ruptures de classes sociales.
  • Didier Eribon compare sa façon de vivre son homosexualité et ses origines sociales. Il a longtemps expliqué sa rupture avec sa famille par leur rejet – ou leur incompréhension – face à son homosexualité. Finalement, il note que c’est peut-être son rejet de son milieu d’origine qui l’a tenu éloigné de Reims et de sa famille. Il conclue sa réflexion en affirmant qu’il a finalement eu plus de difficultés à s’affirmer comme fils d’ouvrier que comme homosexuel, il va jusqu’à parler de honte pour évoquer ses origines. De ces deux différences, la plus difficile à assumer n’était pas celle que l’on croit, en particulier à Paris.

Ceci n’est évidemment qu’une synthèse très personnelle de cet essai ; ce sont les réflexions qui m’ont le plus marqué, avec toutes les incompréhensions et ré-interprétations possibles de la part d’un oeil non averti. Quoiqu’il en soit, j’ai été passionné par cette lecture, très différente des bouquins que j’ai l’habitude de lire. Cela donne aussi à réfléchir, car je me sens évidemment proche de ce fils d’ouvrier qui a quitté sa Champagne natale et sa famille pour commencer une nouvelle vie à Paris.

Retour à Reims, Didier Eribon

Flammarion, ISBN 978-2-0812-4483-2

Note : ★★/☆☆☆☆☆

Publicités

Un commentaire sur « Retour à Reims »

  1. Je confirme que cet essai de Didier Eribon est un véritable bijou, qui est l’aboutissement d’une démarche réflexive personnelle de l’auteur, que je suis maintenant depuis un certain nombre d’années. Une approche sincère et profonde autour de la thématique de la honte et des « stigmates ». La seule chose qu’on peut lui reprocher dans cet ouvrage, c’est cette tendance à l’auto-référence qui m’a fait sourire. Mais cet ouvrage est plus un ouvrage personnel qu’un essai de sociologie, tu as bien raison.

    Tu as de bons conseils autour de toi ;-)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s