Accueil > Livres & Romans > L’Origine de la violence

L’Origine de la violence

L’Origine de la violence est le troisième roman de Fabrice Humbert, également auteur de Autoportraits en noir et blanc en 2001 et de Biographie d’un inconnu en 2008. Je n’ai pas lu ses deux premiers romans mais la quatrième de couverture de celui-ci m’a tout de suite attiré :

Lors d’un voyage scolaire en Allemagne, un jeune professeur découvre au camp de concentration de Buchenwald la photographie d’un détenu dont la ressemblance avec son propre père le stupéfie et ne cesse de l’obséder. Ce prisonnier, David Wagner, est en fait son véritable grand-père. Peu à peu se met en place l’autre famille, la branche cachée, celle dont personne chez les Fabre n’évoque l’existence … Au cours de sa quête, le jeune homme comprend qu’en remontant à l’origine de la violence, c’est sa propre violence qu’on finit par rencontrer …

Mon intérêt pour l’Allemagne n’est pas un secret pour ceux qui me connaissent un peu. Comme le narrateur de ce roman, j’ai une certaine fascination pour l’histoire de ce pays et en particulier pour ses années sombres, avec en toile de fond cette interrogation qui reste sans réponse : comment une nation civilisée peut-elle sombrer ainsi dans l’horreur ? C’est l’une des questions auxquelles Fabrice Humbert tente de répondre dans ce roman. Ce n’est pas, toutefois, le seul sujet de ce livre étonnant.

En alternant le récit du narrateur sur sa vie présente et celle de son grand-père et de ses contemporains, Fabrice Humbert nous parle aussi de la famille, de la paternité, des racines, avec un fond que l’on devine en partie autobiographique. A travers les Fabre, la famille d’adoption du narrateur, il nous parle également de la bourgeoisie de province, des années 30 à nos jours. Et puis, bien sûr, il y a le thème que le titre du roman annonce : l’origine de la violence, celle d’une nation mais aussi celle d’hommes qui se laissent emportés par leurs démons ou tentent d’y résister par d’autres moyens.

Ce roman m’a passionné et m’a marqué. Le thème avait tout pour me plaire et l’essai est parfaitement transformé. Même si mon histoire n’est pas la sienne, je n’ai pas eu de mal à m’identifier au narrateur et à réagir – intérieurement – aux thèmes abordés par Fabrice Humbert. Après cette lecture, j’ai bien envie de découvrir ses autres romans.

L’Origine de la violence, Fabrice Humbert

Le Livre de Poche, ISBN 978-2-253-12946-2

Note : ★★/☆☆☆☆☆

  1. 6 décembre 2010 à 00:03

    J’ai toujours un peu peur que l’histoire ne se répète un jour…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :