Dune

J’ai profité d’un lundi de congé pour revoir Dune, l’une de mes oeuvres favorites de science-fiction. Il ne s’agit pas du film réalisé par David Lynch en 1984, mais de la mini-série en trois parties réalisée par John Harrison et diffusée sur Sci-Fi Channel en 2000. Pour ceux qui l’ignorent, il s’agit d’une adaptation du premier roman du Cycle de Dune de Frank Herbert, une oeuvre majeure de la science-fiction des cinquante dernières années.

L’histoire se déroule dans un futur lointain, où l’humanité a conquis l’espace grâce l’Epice, une substance rare et précieuse qui permet aux Navigateurs – d’étranges créatures dont l’apparence est inconnue du commun des mortels – de trouver leur chemin entre les étoiles. L’Epice n’est présente et peut être récoltée que sur une seule planète : Arrakis, dite Dune, un désert gigantesque hanté par des vers géants. Celui qui contrôle Arrakis contrôle la production de l’Epice, la substance la plus précieuse de l’Univers.

Lorsque Dune commence, l’Empereur a confié la gestion d’Arrakis au Duc Leto Atreides, un leader populaire parmi les Grandes Maisons nobles qui se partagent l’univers, au détriment de la Maison Harkonnen, les ennemis ancestraux des Atreides. Ce que Leto ignore, c’est que tout ceci n’est que le début d’un terrible complot fomenté par le baron Vladimir Harkonnen et l’Empereur lui-même pour se débarrasser d’un dangereux rival.

Paul, le fils du duc Leto et de sa compagne Jessica, et accessoirement héros de l’histoire, va découvrir la vie sur Arrakis et apprendre à survivre dans cet environnement hostile où l’Eau est un bien précieux. Après la trahison d’un proche et la mort de son père, il fuit dans le désert et trouve refuge parmi les Fremen, les natifs d’Arrakis.

J’avais été emballé par le roman lorsque je l’avais lu pour la première fois il y a une bonne dizaine d’années, et je suis agréablement surpris par sa qualité chaque fois que je le relis. Cette mini-série lui rend superbement hommage. On y retrouve tous les ingrédients et les thèmes qui font la richesse du roman : les personnages, les intrigues politiques, la religion, le fanatisme, la vengeance, etc.

L’un des points remarquables de cette mini-série, c’est son esthétisme. Les couleurs ont été choisies avec soin et jouent un rôle particulier dans l’histoire, puisque chaque couleur est clairement associée à une faction : ocre pour les Atreides, rouge pour les Harkonnen, vert pour les Fremen, bleu pour la famille impériale. Ainsi, d’un seul coup d’oeil, on devine au début de chaque scène où elle se situe et quels protagonistes vont se présenter devant nous. Cela donne à chaque faction un ton particulier. Le réalisateur s’amuse également à jouer avec les couleurs pour les associer à des émotions : Paul est ainsi plongé dans une lumière rouge, la couleur de la sinistre Maison Harkonnen, quand il s’apprête à déchainer son armée fanatique contre l’Empereur.

Au-delà de cet intéressant jeu de couleurs, les images sont globalement très réussies. A l’exception de quelques effets spéciaux un peu grossiers dans le désert, on est vraiment plongé dans le cadre atypique d’Arrakis et on y croit, ce qui est bien l’essentiel !

Au générique, on trouve notamment Alec Newman (convaincant mais peut-être un peu trop âgé pour incarner Paul Atreides qui est censé avoir quinze ans au début de l’histoire), William Hurt (le duc Leto Atreides, le père de Paul), Saskia Reeves (Lady Jessica, la compagne du duc Leto et mère de Paul), Ian McNeice (le baron Vladimir Harkonnen, l’ennemi juré des Atreides), Matt Keeslar (Feyd-Rautha, le neveu du baron Harkonnen), Giancarlo Giannini (l’Empereur Shaddam Corrino), Julie Cox (Irulan, la fille aînée de l’Empereur). Hormis William Hurt, les acteurs ne sont pas de grandes stars mais incarnent parfaitement leurs personnages. Mention spéciale à Ian McNeice qui interprète un baron Harkonnen aussi retours et extravagant que je l’avais imaginé dans le roman.

Le final de la mini-série est grandiose et conclut parfaitement quatre heures et demi d’intrigue et de suspense. A la fin, j’ai eu envie de replonger dans mes bouquins du cycle de Dune, ou de regarder Children of Dune, la mini-série qui compile les deux romans suivants de la saga.


Vous voulez m’aider ?

Publicités

2 commentaires sur « Dune »

  1. Rhaaa je suis tellement fanatique du film de Lynch que je n’ai jamais réussi à regarder la minisérie malgré tout le bien qu’on a pu m’en dire. Je devrais peut-être me laisser tenter du coup… ;-)

    J'aime

    1. Moi c’est l’inverse en fait. J’ai vu la mini-série avant le film de Lynch et du coup c’est devenu « ma » version de Dune en images. J’ai du mal avec le film, je crois n’avoir jamais réussi à tenir jusqu’au bout …

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s