Les mystères de Pittsburgh

Les mystères de Pittburgh, publié en 1987, est le roman par lequel s’est fait connaître l’écrivain américain Michael Chabon, à qui l’ont doit également Des garçons épatants en 1995 (dont est tiré le film Wonder Boys), Les Extraordinaires Aventures de Kavalier et Clay (en 2000), et La Solution finale (en 2004).

Dans ce premier roman en partie autobiographique, Michael Chabon nous raconte l’été qui va changer la vie d’Art Bechstein, le narrateur du roman :

L’été à Pittsburgh. Dans la chaleur moite de la grande cité américaine, Art Bechstein entame une éducation sentimentale d’aujourd’hui. C’est un pas de deux qui l’attend : entre un charmant garçon, Arthur Lecomte, et une ravissante jeune fille, Phlox Lombardi. Alors les garçons ? Les filles ?

Ainsi la fin des études sonne-t-elle pour Art comme les débuts d’un apprentissage amoureux plein de défis, plaisirs et dangers mélangés. Cet itinéraire le conduit en même aux quatre coins de sa ville comme dans un pèlerinage magique qui va finir par l’ensorceler. Mais la vie de famille et même les amis attendent toujours les héros romantiques au détour d’une rue. Art s’échappera pas à cette loi, et cela ne va pas sans humour !

Il y a des romans dans lesquels on entre tout de suite. D’autres où on s’installe peu à peu. D’autres, enfin, dont on ne parvient jamais vraiment à pousser la porte et à franchir le seuil. Celui-ci fait malheureusement partie de cette dernière catégorie. J’avais pourtant été séduit par l’histoire telle qu’elle était résumée au dos du bouquin, j’ai même été intrigué par les premiers chapitres mais je n’ai finalement pas trouvé cette étincelle qui m’aurait amené à vouloir dévorer le roman en une seule fois. Je suis resté étranger aux personnages, je n’ai même pas réussi à les visualiser. Seul Arthur Lecomte, ami/amant du narrateur, m’a semblé sortir un peu du lot. Le reste m’a indifféré, que ce soit les histoires de famille d’Art, sa relation avec la jolie Phlox ou son amitié avec l’étrange Cleveland.

Je l’ai lu du début à la fin, même si j’ai survolé quelques passages. J’ai insisté jusqu’au bout, espérant jusqu’au terme avoir une bonne surprise qui n’est jamais venue. J’ai suivi, sans passion, cet été pas comme les autres vécu par Art Bechstein. Je n’aime pas avoir l’impression de passer à côté de quelque chose, donc si certains de mes lecteurs ont pris plaisir à lire ce roman et peuvent me dire ce qui leur a plu ou les a interpellé, je suis preneur !

Les mystères de Pittsburgh, Michael Chabon

Robert Laffont, ISBN 978-2-221-11222-9

Note : ★★/☆☆☆☆☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s