A mon coeur défendant

A mon cœur défendant est le troisième roman de Thibaut de Saint Pol. Après N’oubliez pas de vivre qui nous faisait découvrir l’univers à part des classes préparatoires aux grandes écoles, et Pavillon Noir qui nous plongeait dans un hôpital psychiatrique, le jeune auteur s’attaque cette fois à un autre sujet lourd : la France sous l’Occupation.

Juin 1940 : la Wehrmacht est aux portes de Paris. La victoire allemande est imminente, mais elle ne sera totale, aux yeux du Führer, qu’après la destruction du document original du traité de Versailles, souvenir cuisant de la défaite de 1918.

Au péril de sa vie, une jeune employée du Quai d’Orsay reçoit la mission de tout faire pour sauver le précieux parchemin, relique inestimable de l’honneur de la France. Traquée par un officier allemand, Madeleine fuit à travers le pays dévasté. De la capitale aux rivages de la Méditerranée, la jeune femme s’engage alors, avec son poursuivant, dans un troublant jeu de piste. Peu à peu, elle verra grandir en elle la confusion du devoir et des sentiments.

Dans ce roman, Thibaut de Saint Pol donne la parole à trois personnages :

  • Madeleine, jeune alsacienne qui porte le lourd fardeau de protéger le Traité de Versailles, nous raconte sa fuite de Paris en 1940
  • Heinrich, un officier allemand qui pourchasse Madeleine à travers la France pour mettre la main sur le fameux Diktat
  • Théo, petit-fils d’Heinrich, en visite en France de nos jours avec l’espoir de connaître enfin la vérité sur la disparition de son grand-père

Les trois récits sont directement liés et indissociables : c’est à Théo que Madeleine s’adresse quand elle nous raconte sa vie pendant l’Occupation et le jeu du chat et la souris qu’il l’a opposé à Heinrich à l’époque. L’auteur jongle ainsi habilement entre trois personnages et deux époques. L’histoire est intéressante et bien menée, il y a un véritable suspense et quelques rebondissements bien trouvés. Seul le twist final m’a un peu déçu, peut-être parce qu’il était si prévisible que la surprise aurait justement été de le contourner. Ceux qui ont lu ou liront ce livre comprendront tout de suite à quoi je fais allusion mais je n’en dirai pas plus pour ne pas éventer le secret.

Si le récit m’a plu, c’est surtout le lien avec l’Histoire qui m’a intéressé dans ce roman. J’ai particulièrement apprécié les mots d’Heinrich et de Théo sur la France ; ce sont deux regards croisés et différents sur notre pays à soixante années d’intervalle. Entre le mépris d’Heinrich et la distance de Théo, on voit une nette évolution mais aussi la complexité des liens entre les deux voisins. Pour moi qui suis tombé « amoureux » de l’Allemagne à l’adolescence, cette vision des relations franco-allemandes a été l’un des points forts de ce roman.

Avec A mon coeur défendant, Thibaut de Saint Pol confirme les espoirs placés en lui – par moi, en tout cas – après ses deux premiers romans. Outre une plume agréable à lire, j’apprécie chez cet auteur sa capacité à nous plonger chaque fois dans des cadres différents. Avec lui, on « voyage », d’une époque à une autre, ou simplement d’un lieu à un autre. En attendant son prochain roman, tout cela m’a donné envie de relire N’oubliez pas de vivre et Pavillon noir !

A mon coeur défendant, Thibaut de Saint Pol

Plon, ISBN 978-2-259-20881-9

Note : ★★★★/☆☆☆☆☆

Publicités

2 commentaires sur « A mon coeur défendant »

  1. Je rejoins complètement ton point de vue sur ce roman, plus particulièrement sur la mise en évidence d’éléments de la confrontation de deux mondes (France/Allemagne) rivaux et opposé, fortement hier, et encore présente aujourd’hui.

    Pour les « amoureux » de l’Allemagne, je vous recommande la lecture de « Histoire de l’Allemagne : des origines à nos jours » de J. Rovan.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s