Ma deuxième peau
Ma deuxième peau

Il y a des livres qui ne payent pas de mine et qui laissent des traces. Ma deuxième peau de l’auteur néerlandais Erwin Mortier en fait indéniablement partie.

Élevé dans un village de Flandre, Anton est un enfant unique choyé par une nombreuse parentèle, rassurante et protectrice. Le décès brutal d’un oncle, l’arrivée d’un cousin mystérieux et envahissant sonnent le glas d’une période bénie pour le petit garçon, confronté pour la première fois à la dureté de l’existence. Vient l’âge des secrets, des découvertes et des premières amours, puis l’événement qui fera basculer Anton dans le monde des adultes.

Par petites touches impressionnistes, Erwin Mortier recrée dans un style tout en retenue l’univers feutré d’un adolescent timide et contemplatif qui s’initie aux mystères de la vie, de la mort, de l’amour et du temps.

J’ai mis du temps à plonger dans ce livre. D’abord, il était sur un étagère dans ma chambre depuis plusieurs mois, dans la pile des livres achetés depuis longtemps et que je lirai quand j’en aurai le temps. Je m’y mis la semaine dernière, quand son tour est venu. Le début est lent, laborieux. Dans les premiers chapitres, l’auteur y réussit le tour de force d’avoir pour narrateur un nourrisson ; c’est joliment fait, on s’y croirait presque, mais le récit n’est pas passionnant. Cela s’améliore par la suite, quand Anton grandit et rencontre Willem, un camarade de classe avec lequel il se lie rapidement. La relation entre les deux garçons est au coeur du roman, même si sa véritable nature n’y est que suggérée, avec beaucoup de subtilité.

La fin m’a pris par surprise, je n’ai rien vu venir alors que le résumé en quatrième de couverture laissait entrevoir une telle issue. Il y avait tellement de similitudes entre cette histoire et la mienne que je n’ai pas su voir que le dénouement serait le même. J’ai dévoré les dernières pages d’une seule traite, bouche bée. J’ai refermé le livre avec une drôle de sensation mais avec une sérénité dont je ne me serais pas cru capable il y a quelques mois encore. Je le relirai dans quelques mois, calmement, un peu comme un hommage.

Ma deuxième peau, Erwin Mortier

Fayard, ISBN 2-213-61916-6

Note : ★★★★/☆☆☆☆☆

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s