Accueil > Cinéma, TV & DVD > The Reader

The Reader

The Reader

The Reader

Remarque préalable : ce billet contient des spoilers, les spectacteurs qui ne connaissent pas l’histoire de ce livre ou du roman sont invités à passer leur chemin s’ils souhaitent garder la surprise pour des éléments majeurs de l’intrigue.

Les critiques de la presse étaient partagées mais j’avais bien l’intention de voir ce film pour plusieurs raisons : le thème m’intéresse, j’avais beaucoup aimé le roman « Le  liseur » de Bernhard Schlink dont ce film est l’adaptation, et on doit au réalisateur Stephen Daldry l’un de mes films préférés, Billy Elliot. Tout m’amenait donc à prendre avec enthousiasme une place de cinéma pour voir ce long-métrage. Je n’ai pas été déçu, bien au contraire. Ce film a été une véritable claque pour moi : captivé pendant tout le film, souffle coupé (ainsi que les jambes) pendant le générique de fin, incapacité à dire un mot pendant plusieurs minutes après la séance, et enfin désir de crier sur tous les toits qu’il s’agit DU film à voir cet été.

Je ne sais pas exactement ce film m’a tant plu. Sans doute pour plusieurs raisons. L’interprétation de Kate Winslet (fort justement récompensée par un Oscar de la meilleur actrice, j’étais pourtant sceptique avant de voir le film) y est sans doute pour quelque chose mais n’explique qu’en partie ma réaction.

Le livre a été parfaitement adapté, je crois même que le film apporte un petit quelque chose en plus au roman, ce qui est suffisamment rare pour le signaler. Je pense notamment au moment où Hanna préfère faire de faux aveux plutôt que de reconnaître devant le tribunal qu’elle ne sait pas lire et écrire ; j’ai retrouvé dans cette scène parfaitement réalisée et interprétée la question édifiante que je m’étais posé au même moment dans le livre : comment une femme peut-elle avoir plus honte d’être analphabète que d’avoir été gardienne dans un camp de concentration ? Tout au long du film, j’ai été tour à tour captivé et ému. Au risque de paraître ridicule, je dois avouer avoir versé quelques larmes quant le personnage incarné par Kate Winslet commence à apprendre à lire et quand celui de Ralph Fiennes reçoit sa première lettre.

The Reader est donc l’un de mes très bons souvenirs cinématographiques de l’année 2009, après Milk qui m’avait fait le même effet.

  1. kevin
    2 août 2009 à 01:15

    Excellent film à ne rater sous aucun pretexte. On en peut être que concerné par un tel sujet et une telle interpretation des acteurs

  2. 16 août 2009 à 22:35

    On peut même aller au delà « du film de l’été ». Peut-être même, le film de l’année…

  3. 19 août 2009 à 00:27

    @Damien : Film de l’année, c’est possible en effet. J’hésite avec Milk qui m’a également beaucoup marqué.

  4. jenesaispas
    24 novembre 2009 à 02:00

    pourquoi a-t-on gardé le titre en anglais? ça fait con!! surtout que le livre le liseur a son titre en français j’aurai trouvé plus approprié de conserver le même titre que le livre.
    mais bon, j’avais oublié que le monde des média , du cinoche et du « showbiz » sont friands d’angliscisme et de version anglaise (pour de pas dire américaine) à tout va.
    c’était ma tirade du jour.:p

  1. 31 décembre 2009 à 18:17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :