It was the Dawn of the Third Age of Mankind, ten years after the Earth-Minbari War. The Babylon Project was a dream given form. Its goal: to prevent another war by creating a place where humans and aliens could work out their differences peacefully. It’s a port of call, home away from home for diplomats, hustlers, entrepreneurs and wanderers. Humans and aliens wrapped in two million, five hundred thousand tons of spinning metal … all alone in the night. It can be a dangerous place, but it’s our last, best hope for peace. This is the story of the last of the Babylon stations. The year is 2258. The name of the place is Babylon 5.

J’ai découvert Babylon 5 il y a quelques années et j’avais été emballé par l’idée d’une série dont l’intrigue principale a été écrite à l’avance et se décline tout au long des saisons. Babylon 5 fut ma série de science-fiction préférée jusqu’à ce que Battlestar Galactica fasse son apparition. Aujourd’hui, je serais incapable de départager les deux.

Après avoir vu la série en VF, j’ai décidé récemment de la découvrir en VO. J’ai donc commencé la première saison cette semaine, avec trois premiers épisodes. Il faut le dire tout de suite : la première saison est lente et n’est pas la meilleure de la série, on y trouve quelques épisodes franchement médiocres. C’est surtout une saison d’introduction, qui présente les personnages et le contexte. Il faut tenir bon, car la suite est sublime. Et certains détails qui ont l’air mineurs dans la première saison prennent un sens nouveau dans les saisons suivantes. Revoir Babylon 5 depuis le début, c’est un peu comme revoir le film Sixième Sens en connaissant la fin.

1×01 – « Midnight on the Firing Line » : Une colonie Centauri est attaquée par surprise par les Narn, ce qui cause des tensions entre l’ambasseur Londo Mollari et G’Kar, représentant du régime Narn. Le commandant de la station, Jeffrey Sinclair, essaye d’éviter la guerre entre les deux peuples rivaux. C’est un bon épisode d’introduction, sans doute un peu trop classique mais efficace. Et comment oublier le dialogue surréaliste entre Sinclair et Kosh, l’énigmatique ambasseur Vorlon :

Kosh: They are alone. They are a dying people. We should let them pass.
Sinclair: Who, the Narn or the Centauri?
Kosh: Yes.

1×02 – « Soul Hunter » : Un étrange extra-terrestre arrive, blessé, sur Babylon 5. Delenn, l’ambassadeur Minbari, l’identifie comme un chasseur d’âmes, capable de capturer l’âme d’un être au moment de sa mort. Sa présence inquiète les extra-terrestres de la station et le commandant Sinclair doit réagir. L’histoire de l’épisode en soi n’a rien d’exceptionnelle, mais certains allusions à des événements futurs sont sympathiques à voir quand on a vu la suite.

1×03 – « Born to the Purple : Un épisode centré sur Londo Mollari, un personnage complexe et passionnant. Séduit par une esclave danseuse, l’ambassadeur met en danger la République Centauri. L’histoire secondaire autour de Susan Ivanova est très bonne et apporte un peu d’humanité à un personnage qui était froid et sans relief dans les deux premiers épisodes.

Publicités

Un commentaire sur « Babylon 5, 1×01 – 1×03 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s